Participez à l'atelier ouvert à tous!

Participez aux rencontres, postez vos textes...

  • Votre première phrase
  • Inscrivez vous en cliquant sur le lien ci dessous
  • [Visiteur - Connexion]

Prose : L'enfant qui apportait des grains !

lenfantqui.jpg

Une petite vigne plate comme la main !
Tu n'avais pas besoin de monter. Les ceps et leur feuillage étaient aussi grands que toi !
Les grandes personnes riaient fort ce matin, rires entrecoupés du cliquetis des sécateurs.
Seul, seul parmi les grappes à tirer les grains.
Ils t'avaient dit de rester avec lui.
Tu avais compris qu'il voulait faire du vin.
Je mes souviens que tu avais été étonné qu'il ne parle pas, tu avais saisi son langage de contorsions et de rictus.
Instantanément, comme ça, sans un mot, même pas dans les yeux !
Tu avais pris la petite brouette rouge et jaune et silencieusement tu arpentais les rangées.
Il fallait choisir les grains les plus gros. Il aurait moins de mal !
Les plus mûrs ! Il les écraserait plus facilement !
La brouette fut vite pleine.
Tu revins rapidement pour le retrouver dans la pièce silencieuse. Il gigotait en te voyant, sanglé sur sa chaise haute.
Je te vois encore lui montrer qu'il fallait tourner la petitre manivelle. Ca n'avait pas été simple, il préférait appuyer avec le doigt sur les grains.
Tu avais peur qu'il se coupe en tournant la commande de la petite broyeuse.
Finalement tu passas un grain après l'autre !
Il riait, tu pensas qu'il riait car il se trémoussait.
Sans doute le plaisir.
Le jus coulait et coulait !
Tu remplis un grand bol petit à petit.


Oh tu as eu du mal à lui enlever la broyeuse ! Pleine de peaux écrasées, il fallait bien la nettoyer ! Lui enlever son trop plein !
Je me rappelle que tu fis cela rapidement même si tu déclenchas une crise de gesticulations.
Tu remis un grain tout neuf et cela permit de retrouver le calme. Le travail reprit grain à grain.
Je me rends compte aujourd'hui que tu passas toute la journée sans un mot à cueillir des grains de raisin pour qu'il les écrase !
L'après-midi se terminait et deux gros bols étaient pleins.
Tu ne trouvas plus de grains convenables, déjà les grandes personnes revenaient elles-aussi.
Ils te félicitèrent et l'applaudirent longuement !
Récompense ultime, on vous donna le droit de boire votre vin !
Je trouvai cela excellent et très sucré. Lui s'en barbouillait le visage et émettait de petits cris.
Son père riait.
Il fallut partir.
Mon père me hissa sur ses épaules.
Lui resta sanglé sur sa chaise avec la petite broyeuse devant lui. Je lui fis un signe de la main.
Il se contorsionnait. J'avais été étonné de voir ses doigts toujours tendus et ses mains tordues.
Sa tête cherchait je ne sais quelle étoile, les yeux dans le vague, sa bouche tordue esquivait ce que tu avais pris pour un sourire.
"Tu remercieras ton fils, le mien a bien aimé joer avec lui."
Je ne sais trop pourquoi depuis cette expérience, j'attire souvent des personnes qui ont des visages d'ailleurs.
Sans doute une propension à écouter les silences !


Liens Relatifs




    L'Article le plus lu à propos de  Sujet en relation avec poèmes, textes etc :



    Les dernières nouvelles à propos de Sujet en relation avec poèmes, textes etc :


    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

    Précédent |  Suivant

    Temps : 0.0694 seconde(s)