Participez à l'atelier ouvert à tous!

Participez aux rencontres, postez vos textes...

  • Votre première phrase
  • Inscrivez vous en cliquant sur le lien ci dessous
  • [Visiteur - Connexion]

Prose : Passeurs de livres

emploi.jpg

1-    « Quand toutes les portes se referment, la moindre ouverture est une incroyable délivrance »

Amélie sur le dossier d’un banc perchée

Dans sa tête tourne et retourne ses pensées…

D’accord, les vers sont bancals, mais elle s’amuse à fabriquer des bouts de phrases sur le modèle de textes, poèmes ou chansons, lus ou entendus, captés de ci de là, au gré de ses heures d’oisiveté…autant dire toute la journée.

Mais là, tout de suite, elle lâche vite le style du bon vieux La Fontaine, car la phrase qui la taraude depuis ce matin, c’est celle qu’elle a distraitement entendue à la radio, à travers le mur de l’appartement du voisin (on croirait vivre en communauté, dans ces immeubles de carton) :

« Quand toutes les portes se referment, la moindre ouverture est une incroyable délivrance »

 


Sur le moment, elle n’y a pas prêté plus d’attention, mais maintenant qu’elle est seule, juchée à califourchon sur le dossier d’un banc au Parc St Jean, elle y repense. Cette phrase, c’est un des sujets du bac de philo proposés hier à des milliers de jeunes de son âge. Mais elle s’en fiche, car le bac, elle ne le passera pas !

N’empêche, cette phrase lui revient sans cesse car elle les entend bien « toutes ces portes qui se referment » à longueur de temps.

La porte refermée brutalement par son père, rentré à 3h du matin, saoul comme d’hab, puis de nouveau  par sa mère, partant prendre son service de nettoyage à 5h. Et la porte du centre d’aide sociale, fermée devant son nez car elle est en retard de 5 minutes, pour son entretien hebdomadaire. Les portes fermées, c’est son quotidien.

Alors son regard se perd dans le feuillage tremblant de son platane préféré, le fracas de ces portes enfin s’estompe, remplacé par le chant insistant d’un « corbeau sur un arbre perché, qui tenait… » Nous y revoilà, le bec, le fromage, le plumage, le ramage…la mélodie des vers…Amélie a 5 ans, balance doucement sa tête bouclée, au son de la voix suave de son grand frère adoré, qui en a la garde en l’absence des parents…c'est-à-dire pratiquement tout le temps ! Elle croyait alors que cela durerait toute la vie.

Mais Paul, lui aussi, a claqué la porte un beau matin, et pour toujours.

Alors l’écho de la phrase revient, lancinant, tel le chant des sirènes : osera-t-elle croire un jour  à « l’incroyable délivrance»…. ?


Liens Relatifs




    L'Article le plus lu à propos de  Sujet en relation avec poèmes, textes etc :



    Les dernières nouvelles à propos de Sujet en relation avec poèmes, textes etc :


    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

    Précédent |  Suivant

    Temps : 0.0864 seconde(s)